Médicaments : ceux qui se portent mieux sont ceux qui ont soit diminué, soit complètement arrêté leurs traitements

Publié le par cancersurordonnances

les causes de cette maladie étant encore pour le moment inconnues, la médecine s'évertue à essayer de soigner les symptômes tant bien que mal. Les prescriptions médicamenteuses sont orientées sur des anti-douleurs, anti-dépresseurs, anti-épileptiques pour leurs effets supposés sur la douleur.
Pour beaucoup d'entre nous, ces médicaments sont quasi-inefficaces et pire encore, génèrent plus d'effets secondaires que d'effets bénéfiques. Il est paradoxal de constater, que pour la plupart des malades, ceux qui se portent mieux sont ceux qui ont soit diminué, soit complètement arrêté leurs traitements et sont passés à des médecines douces. Mais là se pose le problème de l'accès à ces médecines parallèles (sophrologie, relaxation, hypnose etc...) qui ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale. Pourtant elles sont une véritable béquille qui nous permettent de mieux vivre tout simplement.
 
 
Les problèmes avec des antidépresseurs : souvent ils ne fonctionnent pas
« Les traitements médicaux plus classiques sont inefficaces et ne dépassant pas une pilule de sucre pour le traitement de la fibromyalgie. »
« En outre, utiliser des médicaments anxiolytiques benzodiazépines (Klonopin, Xanax etc.), les corticostéroïdes (prednisone, medrol emballages à doses, etc.), et des agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (Mobic, Celebrex, Vioxx, Bextra, etc), auraient dû être divulgués inefficaces et doivent être évitées en général. »
 
voici un fait très intéressant de noter que le Collège américain de rhumatologie des Etats sur leur site web concernant une étude de 15 ans: «thérapies médicales conventionnelles sont inefficaces et pas mieux qu'une pilule de sucre pour le traitement de la fibromyalgie."
 
cymbalta, stablon, ixel, effexor, valdoxan, zyban, champix, stresam...
 
Ces données confirment que la duloxétine expose à encore plus d’effets indésirables et d’interactions que d'autres antidépresseurs proches. Prescrire recommande aux médecins de ne pas prescrire ce médicament.
 
La psychiatrie s’est ingéniée à se faire passer pour une vraie médecine, à l'instar des autres professions médicales, comme la gastro-entérologie et la neurologie. Pour parvenir à cet objectif, la décision fut prise de soutenir que la maladie mentale a des causes physiques et est soignable avec des médicaments. L'American Psychiatric Association (APA), le National Institute for Mental Health (NIMH), et la National Alliance for the Mentally Ill (NAMI), s’associèrent avec Big Pharma pour convaincre le monde que le haut est en bas et que le noir est blanc.
 
Ce lien explique pourquoi
 
« Lorsque vous vous rendrez compte de ce qui vous est vendu  comme un «remède» vous vous rendrez compte  comment vous jouez à la roulette russe avec  vôtre vie et celles de vos enfants. » Heller Meria 
 
« Une maladie pour chaque pilule »

Médicaments / Drogues médicales : la cata !

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Les médicaments psychiatriques sont beaucoup plus dangereux que vous ne l’avez jamais imaginé !

« Toutes les drogues psychiatriques, a long terme, provoquent des lésions cérébrales visibles sur un IRM »

 
Atarax / hydroxizine : les dangers chez les personnes âgées (plus de 65 ans) et autres antihytaminiques

Publié dans drogue psychiatrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article